Cham-pang, Tant pis 81-82

Connu d’abord comme un duo de musique électronique, Cham-pang s’impose au sein de la scène new wave montréalaise en 1981 avec la parution d’un EP de deux pièces, « Tantum Ergo » et « Ne mourrez pas », chez les Disques YUL. Cet enregistrement repose essentiellement sur la complicité de la chanteuse Yvel Champagne et du claviériste Allan McCarthy (Men without Hats), quoique le groupe compte aussi sur la collaboration de Mario Spezza (Rational Youth) et de Pyer Desrochers. Artiste multidisciplinaire dont la voix singulière et la présence sur scène médusent, Champagne s’associe par la suite à l’expérimentaliste Bernard Gagnon alors qu’il arpente les frontières de l’improvisation non idiomatique et de l’électroacoustique. Ce dernier recrute Angel Calvo, ancien complice au sein de Vex (puis batteur pour Rational Youth), ainsi que Robert M. Lepage, un vieil ami de la période de l’Atelier de musique expérimentale. Pierre-Laurier Lamarche, collaborateur de longue date de Champagne, et Daniel Lajoie viennent finalement compléter le groupe afin de lui donner une nouvelle direction sonore et scénique.

Ce disque contient des pièces composées et enregistrées en amont d’un spectacle déterminant donné au Tritorium du Cégep du Vieux-Montréal en avril 1982.

TNZR055 : CHAM-PANG, TANT PIS 81-82
Format : LP, 180 gr – Tirage limité
Direction musicale : Yvel Champagne et Bernard Gagnon
Musique : Bernard Gagnon
Textes : Yvel Champagne
Images : Pierre-Laurier Lamarche
Design : Dominic Vanchesteing

Cham-pang
Angel Calvo : Batterie et percussions
Yvel Champagne : Voix
Bernard Gagnon : Synthétiseurs, boîtes à rythmes, traitements électroniques et dub
Daniel Lajoie : Lyricon
Pierre-Laurier Lamarche : Dub
Robert M. Lepage : Saxophone alto
(Pierre Desrochers : Traitements électroniques)***

“Bella V” – Extrait

“Oriental intrigue” – Extrait

“Ziggurat” – Extrait

“It may be acid rain, my love ***” – Extrait

“Tant pis pour les heures de sommeil” – Extrait

“Presqu’heureuse” – Extrait

“Come se dice” – Extrait

Chroniques :
« The album features chilly new wave warped by Bernard Gagnon’s fierce electronics, but is bolstered by Champagne’s fierce vocal delivery. At times, it sounds as if Champagne is delivering a spoken word performance, and at others she’s mellifluously yet chillingly spouting melodies. The musicians, meanwhile, are either laying down a slinky beat or are free improvising expertly. That such a tasty slice of Canadiana took this long to be unleashed is a crime. Many kudos to the folks behind the Tenzier label and their discerning curatorial vision for unearthing such a gem. » – Bryon Hayes (Exclaim!)

« Inclassable projet de la vague new wave montréalaise du début des années 80, Cham-pang n’a produit qu’un seul EP, Ne mourrez pas, sorti en 1981 sous YUL Records. […] Cham-pang a connu deux phases : la première, celle du EP, alors que c’était un duo davantage new wave constitué de l’envoûtante Champagne et de McCarthy aux claviers; et la deuxième, plus expérimentale, celle qui devait mener à un premier album, avec Champagne toujours en tête, cette fois-ci appuyée par Gagnon. Les collaborateurs s’y greffaient, formant un collectif aux horizons éclatés dont l’apex s’est dévoilé lors de Tant Pis Pour Les Heures De Sommeil, une performance multimédia qui a eu lieu au Tritorium du cégep du Vieux Montréal le 16 avril 1982. […] Tenzier fera paraître Tant pis 81-82, une session d’enregistrement inédite de matériel ayant servi de base pour ledit concert (et qui devait aussi mettre la table pour un premier album qui n’a finalement jamais vu le jour), qui a été « bâtardisée » par les interventions électroniques de Bernard Gagnon. » – Benoit Poirier (Vice QC)

TNZR055-1500